Une maraude fasciste à Toulouse

Lundi 21 janvier, six militants du Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT) ont réalisé une maraude destinée aux « sdf français » en distribuant des sandwichs uniquement au porc. Leur mot d’ordre : « les nôtres avant les autres ». Si ils ne sont pas les premiers imbéciles du genre à faire ça en France (rappelez-vous de la soupe au cochon à Paris, Génération Identitaire à Lyon, La Meute à Bordeaux…) ou à l’internationale (Campagne Defend Europe) , nous n’avions jamais encore connu cela à Toulouse. Un coup de comm’ inédit et flippant.

Alors qui sont ces militants du CSIT?

Difficile de trouver des infos aujourd’hui, leurs comptes Facebook et Twitter sont indisponibles. Actu.fr qui a révélé cette « drôle de maraude » ( quel titre! qu’y a t-il de drôle franchement?…), nous apprend qu’ils sont environ une vingtaine à se réunir régulièrement (tous les jeudis soir au Rooster et Beer, 100 rue riquet…). Le CSIT réunit des militants de toute la droite patriote toulousaine. On y trouve des militants ou sympathisants du Front national (FN), de l’Action française (AF), de l’Union populaire et républicaine (UPR), de Debout la France (DLF) et aussi des Républicains (LR). La crème de la crème. Le fasciste « soft », avec son petit polo bleu marine, sa raie sur le côté, ses jolis mocassins et une bible en porte-clés…

Infos-Toulouse, le webmédia identitaire toulousain s’est entretenu avec Nicola Grigner, un de ses membres fondateurs le 6 novembre 2017  : « Nos objectifs à moyen et long terme sont de tenir à minima une conférence par mois sur des sujets touchant aux questions identitaires ou aux questions de souveraineté nationale, avec des intervenants « connus ». Nous voulons apporter du contenu et faire de « l’éducation populaire » pour les gens qui n’ont pas forcément le réflexe d’aller sur Internet ou d’ouvrir un bouquin, qui ont la France dans les tripes, mais n’ont pas toujours les bons arguments pour défendre leurs idées. Nous comptons aussi faire des actions tous les mois, maraudes, stage de self-défense, militantisme, localisme, divers apprentissages sont déjà prévus ! Notre objectif est aussi de fédérer un fort noyau dur de patriotes sur Toulouse, et créer des liens, un esprit de compagnonnage, de camaraderie et de fraternité ».

Quel joli programme! Éduquer l’homme à devenir un vrai et bon petit fasciste !

A noter que leur dernière conférence intitulée « L’Islam en occident. Hier, aujourd’hui et demain? » s’est tenue à la salle San Subra, salle appartenant à la Mairie de Toulouse.

A la suite de cette maraude, la classe politique locale mis en cause a réagit : Les Républicains condamne cette action « ignoble » et demande l’exclusion des membres LR faisant partis du Cercle ; DLF et l’Action française ne cautionnent pas l’action mais approuve l’existence du CSIT ; à l’UPR une comission disciplinaire serait envisagée contre un militant de son parti et enfin le FN évoque « la fougue de la jeunesse » et défend l’action!!! Julien Leonardelli, conseiller régional d’Occitanie et secrétaire départemental du FN trouve  » bien que des personnes viennent à l’aide de gens dans la rue » ajoutant « c’est mieux de voir que des jeunes s’investissent auprès des autres que de voir des bandes de racailles aller agresser des SDF dans nos rues. Je préfère l’entraide à la violence. » (propos recueillis par Actu.fr)

Alors un peu de désintox : sur cette dernière phrase, j’aimerai fortement que Mr Leonardelli s’explique. De qui parle-t-il en fait quand il mentionne les bandes de racailles? Car désolé monsieur mais aucun fait d’ agression envers des SDF par une « bande de jeunes » n’existe ni à Toulouse ni ailleurs. Après quelques recherches, les agressions de SDF en France sont bien souvent le fait d’autres SDF eux-mêmes.  Mais peut-être voulait-il parler de ce maitre-chien qui réveille violemment un SDF sous l’oeil d’agents de la RATP le 4 février 2017? ou bien de cet ancien agent de sécurité qui a frappé un SDF pour un hamburger soi-disant volé et qui est mort de ses coups à Lyon fin août? ou de ce vigile à la gare d’Amiens en mai 2016 filmé en pleine agression? Ah non, je sais, il voulait certainement parler de ces CRS qui ont gazé des familles devant le 115 à Toulouse cet automne en leur empêchant de dormir sous des tentes, cette même « bande de racailles » qui gazent et matraquent les migrants à Calais et dans la vallée de la Roya….

Alors que faire? Et bien demandons à la Mairie de Toulouse de ne plus leur accorder de salle municipale pour leurs conférences, allons nombreu-ses prendre un verre tous les jeudis soirs au bar en question et informons-nous sur leurs prochaines maraudes….

Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos!

Laisser un commentaire